• Share on Google+

Voici la suite du tuto installation de Raspbian sur Raspberry Pi (Mac) . Maintenant que Raspbian est bien installé sur notre carte SD, nous allons voir comment configurer tout ça.

Cet article fait partie d’une série de tutos sur la Raspberry Pi :

Premièrement, on va commencer par un petit rappel : à ce stade, vous devriez avoir une Raspberry Pi et sa carte SD avec Raspbian dessus. Vous aurez aussi besoin d’un cable microUSB, d’un clavier USB, d’un écran HDMI, et d’une box avec un cable RJ45.

Commencez donc par brancher le clavier, le cable RJ45, l’écran, et finissez par alimenter la raspberry en branchant le microUSB. Au premier démarrage, vous arriverez normalement sur un premier écran de configuration :

Raspbian

Si cet écran ne s’affiche pas dès le démarrage, tapez sudo raspi-config. Nous allons maintenant pouvoir commencer à configurer raspbian. Il est important d’effectuer ces manips dans le bon ordre. Le cas échéant, vous risquez de rencontrer des problèmes, notamment poru ce qui est de la définition du mot de passe avec un clavier QWERTY.

Utiliser toute la carte

Dans un premier temps, on va séléctionner Expand Filesystem, en plaçant le selecteur rouge dessus et en appuyant sur Entrée. Cette manipulation a pour but de s’assurer que Raspbian utilise bien tout l’espace sur le carte SD. Une fois terminé, validez et vous arriverez au menu initial.

Activer SSH

Il nous faut maintenant nous assurer que SSH est bien activé. SSH, c’est le protocole qui nous permettra de contrôler notre raspberry depuis notre ordinateur.

On se rend donc sur le 8ème choix de ce menu, Advanced options. On séléctionne alors SSH (toujours avec la touche Entrée), puis on séléctionne Enable. Voila, SSH est activé !

Passer Raspbian en français et le clavier en AZERTY

Certains d’entres vous préfèreront garder Raspbian en anglais, ils peuvent alors passer directement à la configuration du clavier.

Changer la langue

Pour passer Raspbian en français, il va nous falloir modifier les locales. Pour ce faire, sur le menu principal de raspi-config, on séléctionne Internationalisation Options (4ème choix de la liste). Séléctionnez alors la première ligne, Change Locale. Descendez, et séléctionnez en___GB.UTF-8 UTF-8 (appuyez sur la touche Espace pour qu’une astérisque s’y place). Il se peut qu’il soit déjà séléctionné. Descendez encore, et séléctionnez alors fr___FR.UTF-8 UTF-8 (toujours avec Espace, et l’astérisque qui suit). Appuyez alors sur Tab, et séléctionnez Ok. Le système va vous demander de séléctionner les locales par défaut, on choisit alors fr___FR.UTF-8. On attend que les commandes soient exécutées, et on est redirigés sur le menu principal. Celui-ci reste en anglais, c’est normal.

Paramêtrer le clavier

Le clavier est actuellement QWERTY, il faut le passer en AZERTY. Séléctionnez une nouvelle fois Internationalisation Options, puis Change Keyboard Layout (3ème ligne). Vous arrivez sur une page qui liste beaucoup de types de claviers : normalement, le votre est déjà séléctionné. Séléctionnez le, une nouvelle fenêtre apparait alors. Séléctionnez Others, puis French. On vous demandera la disposition, séléctionnez Default (par défaut). Pour finir, séléctionnez No compose, et No. Votre clavier est désormais en AZERTY 8

Changer le mot de passe root

À ce stade, votre raspberry est presque configurée. Il reste cependant une modification majeure à faire : changer le mot de passe root. Il est très important de changer ce mot de passe, même si vous vous dites « de toute façon, j’ai rien de privé sur ma raspberry ». Un hacker qui réussira à s’introduire dans votre raspberry pourra non seulement accéder à vos fichiers, mais aussi l’utiliser à des fins illégales (en utilisant votre connexion internet). Morale de l’histoire : changez le mot de passe root !

Sur la raspberry, l’utilisateur root s’appelle « pi » (c’est l’utilisateur par défaut du système). Pour changer le mot de passe, séléctionnez Change User Password depuis le menu principal. Validez. Vous serez alors invité à rentrer un mot de passe, puis à le valider. Il est important de faire cette manip après avoir passé le clavier en AZERTY, sinon vous risquez d’avoir des problèmes au moment de vous connecter (d’autant plus que le mot de passe est tapé à l’aveuglette) !

Mettre à jour

La raspberry est configurée, vous pouvez désormais appuyez sur « tab », et séléctionner Finish. Choisissez de ne pas redémarrer la raspberry si une fenêtre vous le demande.

Il nous reste maintenant à tout mettre à jour, puis à rebooter le système. Voila la commande magique qui permet de faire tout ça :

sudo aptitude update -y && sudo aptitude upgrade -y && sudo reboot

Ici, on demande de rechercher et installer les mises à jour avec le gestionnaire de paquet, puis de rebooter une fois terminé. Ces commandes peuvent être assez longues à executer.

Deuxième démarrage

Notre raspberry est à jour, et vient de redémarrer. Elle vous demande alors de vous connecter : tapez pi comme login ainsi que le mot de passe que vous avez rentré précédemment.

Je fais quoi de mon écran ?

Vous voila connecté à votre raspberry, totalement à jour et configurée ! Seulement, vous voulez peut être utiliser votre écran pour autre chose, ou comme moi débarrasser votre table de salon de tous ces cables. C’est là que le SSH entre en jeu : on va pouvoir contrôler notre raspberry directement depuis notre terminal, sur notre mac.

Pour utiliser ssh, il faut simplement rentrer ssh user@serveur sur votre mac, où l’user correspond ici à pi, et le serveur à l’ip locale de votre raspberry. Cependant, si vous n’avez pas configuré d’IP fixe à votre raspberry, celle-ci sera ammenée à changer. Vous pouvez toujours la retrouver en tapant sudo ifconfig sur votre raspberry, mais devoir rebrancher son écran à chaque utilisation de la raspberry est vraiment … handicapant !

C’est pourquoi nous allons installer avahi-daemon, qui va nous permettre de donner un hostname à notre raspberry sur notre réseau local. On se rend donc sur notre raspberry, et on tape : sudo apt-get install avahi-daemon. Une fois terminé, on pourra accéder au serveur via l’adresse raspberrypi.local.

Se connecter via le hostname

On se rend sur notre mac, on ouvre un terminal, et on tape ssh pi@raspberrypi.local, on dit « yes » si on nous demande l’authenticité, et on tape notre mot de passe. Tadam, vous êtes connecté en ssh !

Il se peut que ayez besoin de changer le hostname (raspberrypi actuellement), notamment si vous avez plusieurs raspberry chez vous. Je vous redirige donc vers ce tuto très simple et très bien expliqué (mais en anglais) : How to Change Your Raspberry Pi (or Other Linux Device’s) Hostname.

Se connecter via l’IP

Deuxième solution, si vous avez besoin pour X raison d’avoir accès à l’IP de votre raspberry. Sautez cette partie si l’étape précédente a fonctionné ou si vous n’avez pas besoin de connaitre l’IP de votre raspberry.

On se rend sur notre mac, on ouvre un terminal, et on tape ping raspberrypi.local. On devrait alors avoir une réponse du genre :

PING raspberrypi.local (192.168.0.14): 56 data bytes
64 bytes from 192.168.0.14: icmp_seq=0 ttl=64 time=9.055 ms
64 bytes from 192.168.0.14: icmp_seq=1 ttl=64 time=3.974 ms
64 bytes from 192.168.0.14: icmp_seq=2 ttl=64 time=3.896 ms

Ici, l’IP de ma raspberry est 192.168.0.14.

Pour les fainéants qui utilisent zsh, vous pouvez taper sudo nano ~/.zshrc et ajouter une ligne alias rasp_ip="ping raspberrypi.local". Vous n’aurez alors qu’à taper rasp_ip pour avoir l’IP de votre raspberry.

On tape maintenant ssh pi@192.168.0.14, on dit « yes » si on nous demande l’authenticité, et on tape notre mot de passe.

Le mot de la fin

Vous êtes maintenant prêts à utiliser votre raspberry comme bon vous semble. Pour éteindre votre raspberry, tapez sudo poweroff.

On verra dans le prochain tuto comment installer Node pour avoir accès aux ports GPIO, qui permettent de contrôler des composants comme des LEDs, des capteurs, écrans LCD …