• Share on Google+

Dans un précédent article, je vous parlais des opportunités offertes par le dropcatching de nom de domaine : Un nom de domaine expiré pour booster votre business ?.

Une des questions qui me revient le plus souvent, c’est « T’es sûr que c’est légal ton truc ? ». Si vous le faites correctement, c’est légal. Cependant, il faut s’assurer de bien respecter un certain nombre de règles pour s’assurer de ne pas entrer dans l’illégalité.

Petit rappel sur le dropcatching

Le dropcatching, c’est tout simplement le fait de récupérer un nom de domaine expiré immédiatement après qu’il ait expiré. Ça vous permet de bénéficier de tout le travail SEO déjà effectué, et donc de ne pas partir de zéro (et on sait tous que la route de 0 à 1 est bien plus longue que celle de 1 à 10). Ça serait dommage de ne pas en profiter !!

Pour plus d’informations sur cette pratique, n’hésitez pas à lire l’article cet article, qui introduit le sujet.

Ne pas confondre dropcatching et cybersquatting

Enregistrer un nom de domaine expiré n’a rien d’illégal. Si vous enregistrez un nom de domaine que personne n’a réclamé, qui ne comporte pas de marque déposée, vous ne contrevenez à aucune loi et personne ne peut venir vous embêter. Dans ce cas, il s’agit seulement d’être le plus rapide (et certains services peuvent vous aider à faire ça).

Attention cependant à ne pas réserver un nom de domaine qui contient une marque déposée, ou que vous utilisez pour imiter une marque existante. Dans ce cas, on parle de cybersquatting, et ça c’est illégal. Cependant, comme souvent dans le web, la frontière entre ce qui est légal ou non est assez ténue.

Le cas France.com

On peut notamment citer le cas du domaine France.com. Un américain avait enregistré le domaine France.com en 1994 (internet n’en était donc qu’à ses débuts), suite à quoi la cour d’appel de Paris a jugé que France.com violait la loi française sur les marques. Sur demande de l’état français, le domaine a été transféré, privant l’ancien propriétaire d’un business qu’il avait monté sur ce domaine. Notre ami américain a donc porté plaine contre la République Française pour récupérer son domaine.

Dans ce cas, c’est assez complexe puisqu’on parle d’un nom d’un pays. Dans le cas où vous achetez un nom de domaine avec une marque déposée et que le propriétaire de la marque s’en rend compte, vous recevrez au mieux une lettre qui vous dira de restituer le domaine dans les plus brefs délais. Et si vous l’aviez acheté 1000€ parce qu’il était bien ranké, tant pis pour vous.

Attention donc à ne contrevenir à rien qui ne s’approche de près ou de loin à une marque, car développer un business sur un tel domaine risque d’être pour vous une perte de temps et d’argent considérable.

Les contenus des domaines expirés

Certains domaines expirés possédaient du contenu, que vous pouvez retrouver via l’outil WebArchive. Ce contenu a servi entre autres à faire monter le SEO du domaine en question, donc il pourrait être intéressant de l’intégrer sur votre futur site. Attention cependant, ce contenu ne vous appartient pas.

Ici, c’est une question d’appréciation personnelle : vous pouvez parfaitement prendre ce contenu pour l’utiliser sur votre site, et espérer que personne ne s’en rende compte (et ce sera le cas dans 80% des cas). Si quelqu’un vous contacte et vous demande de les retirer, ne bronchez surtout pas, et supprimez ces contenus (vous pouvez toutefois les faire re-rédiger pour pas trop cher si besoin). Je connais beaucoup de marketeurs qui procèdent comme ça, mais ce n’est pas sans risque. À vous de mesurer le rapport risque/retour sur investissement.

Avant de récupérer un contenu, vérifiez tout de même s’il n’a pas déjà été réutilisé sur un autre site : dans ce cas, vous seriez pénalisé pour duplicate content par Google et la personne propriétaire de ces textes aurait beaucoup plus de chances de venir vous le faire remarquer.

Sachez donc que vous pouvez procéder comme ça, je connais des personnes qui le font, mais que c’est légalement assez limite. À vous de mesurer le risque, et de ne pas en abuser.

La base de l’INPI pour vérifier les marques déposées

Vous l’aurez compris, le principal est de ne contrevenir à aucune marque. En France, vous pouvez vous rendre sur le site de l’INPI (https://bases-marques.inpi.fr) pour vérifier si une marque a été déposée sur vos mots-clés. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez y aller !